Votre fonds d’urgence

Vous savez que vous devriez mettre de côté la valeur de quelques mois de dépenses en cas d’urgence. Mais où conserver ce coussin? Comment pouvez-vous faire en sorte que votre argent ne perde pas de valeur, tout en le gardant à un endroit où vous pouvez y accéder rapidement en cas d’urgence?

Pour répondre à ces questions, vous devez comprendre le concept de liquidité – les actifs qui peuvent être transformés en espèces rapidement et facilement. Par exemple, vous pouvez aller à la banque et retirer de l’argent de votre compte d’épargne. Il s’agit de liquidités. Mais il serait plus compliqué et plus long de transformer la valeur de votre maison en espèces.

Suivez les conseils ci-dessous pour vous assurer que votre argent est accessible, ou liquide, au cas où vous auriez à acquitter des frais inattendus :

  • Envisagez d’ouvrir un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Vous pouvez verser jusqu’à 5 500 $ par année à ces comptes d’épargne enregistrés auprès du gouvernement, et les retraits* et le revenu de placement sont à l’abri de l’impôt. Un nombre croissant d’employeurs offrent un CELI collectif.
  • Évitez d’effectuer des retraits anticipés de votre régime d’épargne-retraite collectif. Lorsque vous retirez des sommes de votre régime collectif avant la retraite, une partie de ce montant est retenue et envoyée à l’Agence du revenu du Canada (ARC) pour contribuer à acquitter les impôts que vous devrez payer sur le montant du retrait. Vous devrez également déclarer le montant retiré à titre de revenu. Selon votre tranche d’imposition, vous pourriez devoir payer plus en impôts que le montant remis à l’ARC par votre institution financière en votre nom. Les retraits anticipés risquent également de compromettre votre revenu de retraite, puisque vous ne profiterez pas de la croissance composée – un facteur clé pour la croissance de votre épargne, qui rapporte plus à long terme.

* Il est possible de réinvestir le montant total des retraits dans le CELI, mais seulement au cours des années futures. Cotiser de nouveau dans la même année pourrait donner lieu à une cotisation excédentaire, laquelle serait assujettie à une pénalité fiscale. De plus, si vous avez un CELI de placement, les retraits effectués au cours des 30 jours suivant votre investissement pourraient être assujettis à des frais. (www.celi.gc.ca